VANESS INTERVIEW HINE MAG 2016

#arketypeproject #mahanabaylabel #musicproject

Many of you have been asking us for the article “L’artiste” by Cécile Flipo in the October 2016 issue of Hine Magazine.

Always topical, here it is … here she is!

Vanessa Esposito
by Mahana Bay Label

Elle compose, elle créée, elle écrit, elle visualise, elle enregistre… Partout dans le monde, sur plusieurs concerts, elle a livré des performances live à faire lever des foules. Enfant du fenua, Vanessa Esposito réalise ses compositions et produit celles d’autres artistes sous l’étiquette Mahana Bay Label. Véritable phénomène aux multiples facettes autant visuelles que sonores, notre musicienne est sur la lancée de son premier album.
Rencontre avec une artiste hors du commun.

Son enfance
A 3 ans, la petite Vanessa Esposito pianotait déjà sur les claviers synthétiseurs EMS AKS et autres Gibson d’Elysée Esposito, son père. Bercée par les sonoritéspolynésiennes depuis sa naissance à Tahiti, elle quittera la Polynésie pour la France après son baccalauréat pour y suivre un cycle de hautes études en design graphique. En 2001, elle démarre une carrière de musicienne en créant le live Arketype Project présenté pour la première fois au festival Effervetranses à Paris. Et en 2005, elle intègre l’école audiovisuelle SAE Institute de Paris, en section Electronic Music Producer. Elle en sort lauréate avec les félicitations du jury.

La Polynésie : ses racines, son inspiration
Dans son agenda bien rempli, Vanessa Esposito trouve le temps de revenir à Tahiti, dans son cocon familial, car elle en a besoin. Sur les terres qui ont bercé son enfance et son adolescence, elle se ressource, elle puise l’énergie pour mener à terme ses nombreux projets artistiques. “Mes racines polynésiennes sont un immense patrimoine culturel, un vecteur d’expression et de partage, un moteur de savoir et de transmission puissant, fortement influencé par le Mana qui est le témoignage d’une culture toujours vivante en communion profonde avec la nature”, confie-t-elle.

Ses influences musicales
Influencée depuis toujours par Pink Floyd, Peter Gabriel, Pierre Schaeffer, Brian Eno, Keith Jarrett, c’est au cours de ses voyages et de ses rencontres qu’elle explore de nombreuses sonorités et ces musiques du monde lui ouvrent de nouvelles perspectives. Quant à la musique électronique apparue dans les années 1960 “par le biais de quelques expérimentateurs visionnaires”, elle fait partie de son univers musical : “L’électronique intègre de la Pop, du Rock, du Jazz, sans oublier la Dance Music dont elle est un élément moteur”. Elle est également particulièrement sensible à la musique Trip Hop, “une fusion de musique savante faite de Jazz, de Hip Hop, de Rock, de Scratching, d’un peu de Funk et d’Electro”. Le Trip Hop s’est développé dans les années 1990, à Bristol en Angleterre, avec, en tête de file, Portishead et Massive Attack pour ne citer que les plus connus.

Son évolution artistique
Arketype Project est la signature de ses compositions, depuis ses débuts en 2001. Mais avec l’arrivée prochaine du premier album de Vanessa, il n’aura peut-être plus la même vocation qu’à ses débuts.“ Au dance-floor s’ajoute aujourd’hui le voyage intérieur. Le moment arrive où je dévoile d’autres aspects d’interprétations. J’expérimente de nouveaux territoires mélodiques mettant en lumière les parties vocales des oeuvres. Par le Trip Hop, je façonne une certaine identité musicale et m’engage dans une voie novatrice et personnelle.” Avec ce premier album en cours de préparation, une nouvelle page musicale s’ouvre, dans laquelle l’artiste se sent particulièrement bien.

Un premier album en vue
“Arketype Project comme tout ce que j’ai fait musicalement jusqu’à présent m’a permis d’arriver à cet album où j’écris, je chante, je compose…”. Vanessa va commencer les enregistrements en décembre, en France, avec son producteur. “Un
premier album est un objet qui reste toute une vie. Je souhaite qu’il marche. Et dans tous les cas, j’aurai la satisfaction d’être allée jusqu’au bout.” Que souhaiter de plus à cette artiste complète qui souhaite “vivre de sa musique sans grande prétention, en
écumant les routes, en rencontrant le public et en vivant des moments inoubliables avec les gens qui m’entourent” ? Ah si ! Être invitée au Womad Festival lancé par Peter Gabriel en 1982, un autre de ses rêves.

 

Encadré (en gris)
Fondatrice de Mahana Bay Label
C’est au moment de la grande crise du disque, au début des années 2010, que Vanessa Esposito a créé Mahana Bay Label, un label indépendant de musiques actuelles orienté World, Electronique, Rock et Jazz. En d’autres termes : Mahana Bay Label (MBL) n’est pas vraiment une maison de disque. Il est le fruit d’une rencontre entre artistes passionnés issus de différents courants musicaux et se présente aujourd’hui sur la toile du web comme une résidence d’artistes virtuelle avec des vrais acteurs à l’intérieur. “D’un point de vu artistique, cela se traduit par le désir de produire ce que l’on aime et de se rapprocher des artistes qui tentent à leur échelle de faire bouger les choses. Cela passe aussi par une rencontre, un échange et l’envie de dénicher les groupes potentiels dont je sais par mon expérience de directrice artistique, qu’ils rempliront une salle.” Etre à l’écoute, se lancer des défis et faire en sorte que les visions soient un enrichissement réciproque : c’est cette conception de la musique qui stimule Vanessa.
“Il n’y a jamais eu autant de labels indépendants qu’aujourd’hui. C’est certainement une volonté de la part des artistes de garder une certaine liberté.”
Quant à la Polynésie, elle est largement représentée dans ce label qui fête aujourd’hui ses 5 ans d’existence. Mahana Bay Label est une vitrine mise à la disposition d’excellents musiciens pour les encourager à continuer de développer toutes les formes d’expressions musicales. Mahana Bay Label est aussi une ouverture vers les scènes européennes et un excellent outil de promotion de la musique polynésienne à l’extérieur de nos frontières.

 

Le concert de ta vie
The Wall par Roger Waters, en 2011, à Paris

Ton grigri
Le Scarabée

Ton groupe
Pink Floyd

Ton secret de beauté
L’huile de Tamanu

Une musicienne
Sinead O’Connor

Ton peintre
Dali, m’a fortement inspiré dans la réalisation de mes pochettes de disques

Un grand merci à toute l’équipe de HINE MAG pour cet article.

Remerciement spécial pour Sandrine Pasbecq et Cécile Flipo.

Photos : Olivier Colairo – Hinarai Rouleau – Arrighi Francois

Mise en beauté : Lucille Brunette

 

Comments.

Currently there are no comments related to this article. You have a special honor to be the first commenter. Thanks!

Leave a Reply.

* Your email address will not be published.